A la découverte des plantes en voie de disparition

 

S'il y avait des précédents pour les animaux, rien n'existait pour sauver les espèces végétales en danger d'extinction jusqu'à ce que Jean-Yves Lesouëf mette sur pied un concept original : créer un jardin pour cultiver, conserver et présenter les plantes en danger. C'est ainsi que, en 1975, le Vallon du Stang-Alar à Brest, en Bretagne, est retenu pour accueillir la première institution au monde à se consacrer à la flore menacée d'extinction. Grâce au climat doux océanique, à la présence de l'eau, à l'encaissement de la vallée et aux pentes escarpées, le site est idéal pour cultiver des plantes du monde entier. C'est de plus un beau projet de réhabilitation pour cette ancienne carrière qui offre de majestueuses falaises.

 

Texte et photos Georges Lévêque ©

 

Le vallon du Stang-Alar


 

 

 Aujourd'hui, le jardin du Conservatoire botanique du Stang-Alar est un lieu de découverte, d'émerveillement et de promenade pour les familles sur 30 hectares. Les plantes rares bien identifiées côtoient des plantes que chacun reconnait. Entrée gratuite et vastes parkings. Excellente crêperie à proximité. www.cbnbrest.fr

 

Stéphane Buord et Gunnera du Brésil

 

Je laisse la parole, ou plutôt la plume, à Stéphane Buord, directeur scientifique des actions internationales, pour présenter sa vision personnelle de l'action du Conservatoire botanique national de Brest :


"Lancée officiellement il y a 2400 ans par Théophraste, la botanique, science protéiforme, a toujours su dialoguer avec son époque, mue par un cycle ininterrompu de métamorphoses. Longtemps assujettie à la médecine, la botanique fut compilatoire et encyclopédiste, puis le creuset des premières grandes classifications qui porteront en germe le concept révolutionnaire d'une possible évolution du vivant. Les jardins seront l'instrument de ces métamorphoses, de l'humble carré de simples aux grands jardins botaniques tournés vers l'acclimatation d'espèces nouvelles et l'agrément de leurs visiteurs.

 

 

Beschorneria du Mexique


"La fin du cycle ? Non ! Un nouveau défi agite aujourd'hui la communauté des botanistes. Ils estiment que 85000 des 420000 espèces de plantes sont menacées d'extinction. À partir de ce constat d'intense érosion de la biodiversité végétale, l'institution botanique se devait de réagir. Le Conservatoire botanique national de Brest fut le premier établissement au monde à se spécialiser, dès 1975, dans la conservation des flores menacées. Initialement conçu pour accueillir dans l'urgence les derniers représentant d'espèces condamnées dans leur milieu naturel, l'essentiel de son action reposait alors sur ses collections et son jardin devenu théâtre de la conservation.

 

Hibiscus storckii disparu des îles Fidji


"39 ans plus tard, la préservation de la biodiversité est plus que jamais d'actualité et le concept initial de Conservatoire botanique s'est adapté aux nécessités de l'action de proximité, au plus près des enjeux, des populations et des décideurs. Sur ce modèle, onze conservatoires botaniques ont ainsi vu le jour en France. Ces outils intégrés assurent désormais l'inventaire général de la flore, accompagnent les pouvoirs publics pour définir les priorités de conservation, assistent les gestionnaires de sites naturels, mènent diverses actions de sensibilisation et obtiennent des résultats concrets.

 

Vipérine des Canaries

 


"Fort de son expérience pionnière, le Conservatoire de Brest compte bien poursuivre sur cette dynamique en l'adaptant aux besoins et aux contextes locaux, de l'Ouest de la France à la Méditerranée, du Bouclier des Guyanes aux archipels chiliens, des Mascareignes à l'Indonésie… "
 

 

 

Créé le : 01/10/2014 - Mise à jour : 01/10/2014
Commentaire (0) - Laisser un commentaire
Aucun avis
Flux Rss Phonothèque

© Claire en France
Hébergement & Support Le plus du Web - Création graphique Pratikmedia -

 La ligne de partage des eaux en Ardèche et ses oeuvres d'art Vins de Montlouis / L'Eco-Musée d'Alsace à Ungersheim (Haut-Rhin) : traditions architecturales et fêtes en tous genresVibrante Bilbao / Le temps d'un week-end ou d'un court séjour, Tours mérite bien une escapadeSéjour week-end à HonfleurTruffe au vent en Pays Cathare Visite d'un sous-marin nucléaire : Le Redoutable, c'est à Cherbourg, CITE  DE  LA  MERLa Cité de la Mer à Cherbourg : pour apprendre et se divertir / Savoir-faire et faire-savoir

 

 

Claire en France aime bien recevoir vos avis et suggestions.  N' hésitez pas ! Le formulaire de contact et les espaces commentaires sont là pour cela

 

Mentions légales